Derniers sujets

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde

Aller en bas

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde Empty Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde

Message par Invité le Sam 31 Juil 2010 - 23:51

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 57512

je voulais vous parler de mon film d'animation préféré : Byosoku 5 centimeter.
L'ayant vu au moins cinq fois depuis sa sortie, il m'était facile de vous donner mon avis sur cette merveilleuse œuvre signée Makoto Shinkai.
Kazé l'a licencié, en a fait un triple DVD collector, et en toute logique, votre humble servante l'a acheté !
Je fais donc d'une pierre deux coups en vous livrant mes impressions sur le film et sur le DVD lui-même.

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 168_2

Kazé a donc choisi de mettre Makoto Shinkai à l’honneur en sortant un très joli coffret DVD centré sur 5 cm per second, mais comprenant aussi The voices of the distant star et plusieurs bonus, dont des interviews du réalisateur et son premier court-métrage, Kanojo to Kanojo no neko.

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 169_2

Coffret Collector (3 DVD)
Langues : japonais, français. Sous-titres : français.
Contient :
5 cm par secondes, 62 minutes, Japon, 2007
Voices of a distant star, 25 minutes, Japon, 2002
1 DVD bonus ( 1 court-métrage, 2 entretiens avec Makato Shinkai, un album photo du tournage, 5 entretiens avec des principaux comédiens de 5cm per seconds)
39,95 €
Kazé
5 cm par secondes et Voices of a distant star sortent aussi en édition simple.
5 cm par secondes : 24,95 €
Voices of a distant star : 14,95 €
Kazé

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 170_2

Voices of a distant star

Dans un futur proche, l’humanité a colonisé plusieurs planètes. Mais les colonies sont bientôt attaquées par des extraterrestres inconnus. Les Nations Unies décident d’envoyer des patrouilles dans l’espace, pour les localiser et les combattre. Mikako et Noboru sont deux collégiens, amoureux l’un de l’autre et se réjouissant d’entrer dans le même lycée à la rentrée. Mais, grâce à ses capacités exceptionnelles, Mikako est choisie pour entrer dans l’élite qui sondera l’espace à la recherche des ennemis de l’espèce humaine. Séparés par des milliers de kilomètres, tous deux s’envoient des SMS pour tromper le manque. Mais, dans l’espace, les messages mettent du temps à parvenir. Plus Mikako s’éloigne de la Terre, plus la communication est compliquée.
On retrouve dans le tout premier film de Makoto Shinkia toute la prouesse technique dont il sait faire preuve. Des graphismes sublimes, un chara-design qui, s’il n’est pas encore au summum de ce que sait faire aujourd’hui le réalisateur, était déjà très prometteur. Et sur fond d’une guerre difficile à comprendre, le thème de la distance entre deux êtres, thème cher à Makoto Shinkai. The voice of a distance star est un très joli court-métrage. Beau et triste, il présageait déjà de 5 cm per second, le second film présent sur ce coffret DVD.

5 cm per second

5cm per second suit le cheminement de Takaki et Akari, deux enfants un peu solitaires, que l’amour de la lecture a rapprochés. Ils deviennent rapidement inséparables, parlent des livres qu’ils ont lus, font face aux moqueries de leurs camarades, et croient qu’ils seront toujours ensemble. Un jour, Akari déménage. Leur histoire continue donc par courrier. Puis c’est au tour de Takaki de déménager, à l’opposé total de l’endroit où se trouve Akari. Il décide de lui rendre visite une dernière fois avant de partir…

L’histoire est assez simple, voire simpliste, mais l’essentiel n’est pas dans le scénario. 5cm per second parle du temps qui passe, de la distance, de ce qui éloigne les gens les un des autres, des regrets que l’on peu ressentir à ne pas avoir osé. Quoi qu’il arrive, la vie de Takaki est rythmée par celle d’Akari, par l’attente de ses lettres, l’attente de la revoir. Lorsque les lettres cessent, le spleen s’installe. Ils vivront leur vie chacun de leur côté, leur histoire devenant un simple souvenir. Adulte, Takashi devient un homme blasé, qui avance sans réel but, sans sourires. Se souvenant de ses moments de bonheur, il cherche dans chaque silhouette, dans chaque lieu, le visage d’Akari.
Comme toujours chez Makoto Shinkai, les images sont magnifiques. Le graphisme du film, très doux, atténue la réalité parfois difficile à laquelle doivent faire face les personnages. Des personnages très banals, en un sens, mais c’est ce qui touche. Car l’histoire en elle-même est l’histoire de n’importe qui. Ici, point de personnages au caractère qui se démarque, de cris, de drames. Simplement une mélancolie qui s’installe, durable. On notera le souci du détail de Makoto Shikai dans les lieux abordés: la salle de classe, le bureau de l’employé, une chambre, une rue, un train… La bande-son est elle aussi très réussie. Les voix sont douces, un piano omniprésent et des silences nombreux. Amateurs de shonen bruyants et débordant de rebondissements, passez votre chemin. 5 cm par second est un film touchant, sincère. Une réussite.

Impressions

Byousoku 5 Centimeters est sans nul doute le travail le plus abouti de Makoto Shinkai.

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 5cm_1080_03

Force est de constater que Makoto Shinkai reste fidèle à ses thèmes de prédilection, à savoir les relations amoureuses à distance, les courriers électronique et papier, les trains (difficile de nier celui-ci), le ciel, les oiseaux etc. Tant de références que l'on retrouve dans ces 3 mini histoires mais avec un léger supplément d'âme qui manquait fortement à ses précédents travaux. Son travail sur photo est remarquable et il n'est pas difficile d'être bluffé devant un tel spectacle. Même si certains plans sont un peu surexposés et abusifs sur l'utilisation de couleurs pastels et de lens-flare, la réalisation globale de ce film est plus que satisfaisante et on admire une fois de plus le travail exceptionnel apporté à la lumière et aux décors.
Sans trop vouloir dévoiler de l'histoire, on découvre enfin l'envers du décor et les souffrances que peuvent engendrer ses personnages principaux sur leur entourage. Malgré quelques lenteurs lors de certains passages du premier axe de l'histoire, on est sous le charme.

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde Konachan.com+-+34177+byousoku_5_centimetre+shinkai_makoto

Concernant l'édition DVD en elle-même, on ne peut pas dire que l'on se moque ouvertement de nous. Cette édition est du même niveau que les précédentes à savoir excellente. Nous avons donc 2 DVD et un CD reprenant l'OST à un prix fort raisonnable. Les bonus reprennent point par point ceux des précédents travaux de Makoto Shinkai tout en rajoutant un bout de pellicule et un clip musical magnifique. L'image est parfaite et le son, même sans avoir de piste PCM, satisfera pleinement les amateurs de belle édition DVD.

Mon avis


Byousoku 5 Centimeters nous offre le meilleur de tous les précédents travaux de Makoto Shinkai en y rajoutant un soupçon d'âme qui manquait à Kumo no Mukou, Yakusoku no Basho.

Premier point suscitant l’envie, le visuel.

Avant le scénario, avant la musique, les Seiyuus et tout le reste, le spectateur prend connaissance du visuel. Au cours des premières secondes du premier épisode, quatre sens laissent la place à un seul et unique : la vue.
Ce sont nos yeux qui, en premier, vont nous permettre d’intellectualiser une première critique, simpliste certes, qui nous mènera à une première conclusion : c’est beau, ou c’est moche.
Makoto Shinkai oblige, la première conclusion fut « oh mon dieu… ».
On pourrait établir des parallèles entre les différentes œuvres produites par maître Shinkai, mais avant cela, on peut clairement établir son premier objectif avant d’en commencer une nouvelle : faire plus beau que la précédente. A chaque film, à chaque court-métrage, on se prend une claque monumentale. Alors que l’on s’imagine qu’il est difficile de faire plus réel, plus pur et plus irréprochable, le nouveau Dieu de l’animation sort une nouvelle référence esthétique, à chaque fois plus proche de la perfection.

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 5cm_720_07

On retrouve tout de même le style habituel, présent dans ces précédentes œuvres, à savoir des environnements hyper réalistes, des couleurs majoritairement pastels, un visuel contemplatif, des décors fourmillant de détails tous plus impressionnants les uns que les autres ; et au milieu de tout ça, un character-design extrêmement simple, ne cherchant ni le réel, ni le détail, mais au contraire, la possibilité, à mon humble avis, d’offrir des protagonistes les plus expressifs possibles.
Inutile, pour l’occasion, d’écrire des dizaines de lignes argumentant mon opinion. Quiconque doté de deux globes oculaires, ou même d’un seul, parviendra à me comprendre dès les premières secondes de visionnage. Les autres seront à mes yeux des sans-goûts sans crédibilité. Voila, c’est dit.
Passons donc sans attendre au deuxième élément suscitant l’envie.

Le deuxième point, c’est le scénario, l’histoire d’amour
.

Thème cher aux scénaristes nippons, la « love story » étudiante est une sorte de fantasme assez populaire. La jolie lycéenne en jupe, et le lycéen classieux, plus mûr que son âge, protecteur et consciencieux vont-ils réussir à s’unir jusqu’à la fin de leurs admirables vies ? Voila la problématique que nous propose 5 Centimeters Per Second. Original et philosophique, n’est-ce-pas ?
Evidemment, je me moque, et évidemment, ce n’est pas le thème des court-métrages qui fait leur qualité, mais plutôt son traitement original.
Partout, chaque année, on nous propose une pluie, que dis-je, des torrents (n’y voyez là un jeu de mot que si vous êtes un geek) de daubes où le protagoniste, victime d’ultimes poussées de testostérones, est follement attiré par la grosse poitrine alléchante de sa camarade de classe, aussi voisine, aussi amie d’enfance, et aussi presque demi-sœur, qui, elle aussi, poussée par ses hormones, commence à voir celui qui auparavant n’était qu’un ami comme un homme, un vrai. Mon dieu, quelle coïncidence !

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 5cms-07

Byousoku nous libère de cette mièvrerie grossière et gratuite en nous proposant une histoire d’amour, certes entre deux lycéens, mais exempte de toute gratuité, de tout fan-service et de tout humour déplacé, tout en nous gratifiant d’une poésie narrative rarement égalée dans le milieu de la japanimation.
L’autre originalité, par rapport à la norme vulgaire, est que dans le cas présent, l’histoire d’amour tourne autour de la distance entre les deux protagonistes. En effet, là où les personnages sont toujours dans les mêmes lycées, ou même dans les mêmes classes, ici, ils sont à plusieurs centaines de kilomètres l’un de l’autre. Ainsi, ni salive, ni saignements de nez, ni hurlements façon Tex Avery, juste une mélancolie désolante, mais aussi extrêmement touchante.
Trois histoires courtes, entre lesquelles le temps passe inlassablement, voila aussi un format intéressant.
Au début très jeunes et innocents, on assiste à l’évolution de l’état d’esprit des personnages principaux, à travers Takaki Toono, à la fois acteur et narrateur, dont la vie sera rythmée par l’existence d’Akari Shinohara, son premier vrai amour, pour lequel il était prêt à tout.

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 5cms-08

Les personnages sont extrêmement touchants. De leur enfance à l’âge adulte, on retrouve des protagonistes inchangés, mais dont la vision de l’amour, de la vie et du rêve sera gravement atténuée par une société égoïste, qui pousse les individus à penser à eux avant de penser aux autres, à toujours aller de l’avant et à oublier le passé.
On le voit rapidement, tout est fait pour être touchant. Mais là encore, si auparavant, vous n’étiez pas dupes et vous ne vous laissiez pas berner par cette volonté de vous attendrir, je vous mets au défi de résister à la poésie de Byousoku 5 Centimeter. Sincère, raffiné, pur et élégant, ce film (à peine plus d’une heure au total) parviendra à susciter en vous une réelle affection à l’égard de Takaki, qui ne parviendra à vivre au jour le jour qu’à l’aide d’un simple souvenir, pour lequel il serait prêt, cette fois-ci, à tout abandonner.

Et le son bien sur !

En ce qui concerne les musiques, elles s’accordent parfaitement avec l’atmosphère suscitée à la fois par le visuel et par le scénario. Sans être trop présentes, elles accompagnent merveilleusement bien les divers décors et scènes que vous découvrirez lors du visionnage.
Mention spéciale aux deux Voice-actors des personnages principaux, qui dans les deux cas, ont su insuffler une réelle poésie dans chacun des dialogues prononcés. Leur travail parviendra, à quelques reprises, à réellement bouleverser le spectateur.

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 1259586265_snapshot20091130142110

Je ne peux en dire plus sans considérablement amputer le plaisir que vous aurez à suivre ce chef-d’œuvre.
Outre les amateurs de shônens, pour qui le sentimentalisme se résume à une éraflure sur la joue de Naruto, je conseil à tout le monde, fans d’animes ou néophytes, de tenter l’expérience Byousoku 5 Centimeter Doté d’une poésie propre aux mangas, que l’on retrouve, notamment dans les œuvres de Kei Toume, ainsi que d’un visuel littéralement exceptionnel, il vous faut passer par là afin de découvrir, probablement, ce qui se fait de mieux en matière d’animation japonaise. Une valeur sûre, une référence, un chef-d’œuvre.
Bravo, Makoto Shinkai.

Trailer

Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde Empty Re: Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde

Message par Sek le Dim 1 Aoû 2010 - 11:29

Je suis 100% d'accord avec toi! 5 cm par secondes est sans aucun doute le plus beau film d'animation japonais! Je pense allé m'acheter de ce pas le coffret colletor Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde 179457
Sek
Sek
Fondateur du forum
Fondateur du forum

Masculin Messages : 2104
Age : 28

http://www.sekaisblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde Empty Re: Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde

Message par Darknut le Ven 6 Aoû 2010 - 18:32

Merci pour cette présentation complète, il faudra que je le voie!! ^^
Darknut
Darknut
Maître
Maître

Masculin Messages : 1585
Age : 26

http://abekobe.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde Empty Re: Byōsoku Go Senchimētoru, 5 centimètres par seconde

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum