Derniers sujets

Saida Stories [Lounabis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19112011

Message 

Saida Stories [Lounabis]





(Spin-off de De Fer et de Sang)

Type : projet de roman illustré
Genre : fantasy historique, drame, action, politique, amour
Statut : en cours de construction

Résumé

Depuis la chute du glorieux empire de Saĭdayănashkă près de vingt siècles plus tôt, le continent de Saida est en proie à de violentes luttes internes, entre les intérêts du fragile royaume de Khanesha, héritier de la culture des Anciens, et le violent gouverneur des Territoires na’riens, traqueur impitoyable des anciennes coutumes. En arrière, spectateurs malsains, les royaumes humains, privilégiant tantôt l’un, tantôt l’autre, au gré de leurs envies.

Totalement étrangère à cette lutte d’influence, la tribu nomade Yebbhin arpente inlassablement le continent, porteuse de ses propres traditions et surtout, d’une étrange capacité de ses femmes à lire l’avenir. Que recherchait donc l’armée gouvernementale, la Nashdan, en massacrant impitoyablement ces pacifiques nomades du désert ?

Livrés à eux-mêmes suite à la mort de leur famille, Nahamin et sa sœur Sholaska se retrouvent à fuir dans cet enfer de chaleur et de sable. Bientôt rejoints par deux voyageurs, Mashudda, le colosse père de famille, et Sogdanias, un herboriste et prêtre clandestin de l’ancienne religion, les deux jeunes gens sont finalement séparés par un coup de force du destin : alors que Sholaska continue la route prévue jusqu’au sanctuaire des Portes de la Terre en narguant les forces gouvernementales, Nahamin échoue aux frontières du royaume de Khanesha, où il fait la connaissance de la troublante et mystérieuse princesse Sayrin.

Qu’importe leurs choix, leurs désirs ou encore leurs échecs, une chose est certaine, l’équilibre du continent en sera à jamais bouleversé…

Personnages principaux

Nahamin
Spoiler:
Issu de la tribu des nomades Yebbhin, Nahamin est un jeune na’rien d’environ vingt ans, fils du chef Teshusbba et de la défunte Eshanna. Il a également une jeune sœur, Sholaska. D’un naturel confiant, il peut parfois s’avérer prétentieux et vantard quant à ses capacités, tant physiques que mentales ; vivant dans un peuple en rupture complète avec la société gouvernementale, il ne sait ni lire ni écrire et n’a d’ailleurs aucune idée de sa date de naissance – il est né en été, lors d’une nuit de pleine lune, c’est tout ce qu’on a pu lui dire.

Fidèle en amour et en amitié, il est très protecteur avec sa petit sœur, qu’il couve comme un trésor – même si le trésor en question peut s’avérer un tantinet réfractaire à son affection – et s’entend très bien avec son père. Plutôt frustré par son mode de vie, il semble rêver d’une vie plus sédentaire et surtout, d’une plus grande richesse. Susceptible, il ne supporte pas qu’on se moque de lui et peut se montrer violent à l’occasion s’il se sent humilié ; nonobstant ce fait, il est incapable de tuer quelqu’un. Doté d’une certaine capacité mémorielle, il a cependant un piètre sens de l’orientation et apprend relativement vite. Il sait bien se battre avec une épée, et maîtrise également en secret quelques techniques défensives de magie du feu.

Sholaska
Spoiler:
Issue tout comme son frère des nomades Yebbhin, Sholaska, surnommée « Sholi » par ses proches, est une jeune fille d’environ dix-huit ans, fille du chef Teshusbba et de la défunte Eshanna. Depuis la mort de sa mère lorsqu’elle était enfant, c’est elle qui endosse toutes les tâches du foyer domestique, normalement dévolues aux femmes adultes. Débordante d’énergie, elle est plutôt jolie et revendique une allure de garçon manqué, bien loin de l’image de douce future épouse que l’on attend d’elle. Gourmande, râleuse et têtue, elle boude souvent comme une petite fille et a un certain problème avec l’autorité, surtout celle des femmes plus âgées. Très touchée par le décès de sa mère, elle peut se montrer très douce et silencieuse à la moindre évocation de son souvenir et prend religieusement soin de chacun des objets lui ayant appartenu, et qui sont souvent les premières choses qu’elle déballe lors de l’installation du campement.

Fonceuse, téméraire et audacieuse, elle cultive une attitude de rebelle et regrette de n’être qu’une fille ; cette pensée a commencé à se développer chez elle lorsque son père a commencé à l’entraîner, elle et Nahamin : tandis qu’elle s’est cantonnée à de vagues mouvements tout juste utiles pour la tenue du foyer, Nahamin a lui appris à se défendre, ce qui a beaucoup frustré Sholi. Féministe dans l’âme, elle voudrait bouleverser les codes sociaux et s’afficher comme une femme libre et indépendante, débarrassée de la tutelle des hommes. Ne sachant pas non plus lire ou écrire – de toutes façons elle trouve les gens cultivés très ennuyeux et inutiles à la vie d’un campement –, elle se sert des tapisseries qu’elle tisse et des codes de broderie pour raconter les voyages qu’elle effectue avec la tribu, un mode de vie qu’elle adore et dont elle ne voudrait changer sous aucun prétexte, n’étant pas faite pour une vie stable et sédentaire.

Sayrin
Spoiler:
Princesse du royaume de Khanesha, fille du roi Attalahnashen III et de la reine Sinhsébayah, morte lorsqu’elle n’avait que quatre ans, Sayrin – de son vrai prénom Sayrinhessya – est une jeune femme de vingt ans, née le 8ème jour du mois de Shumay Thorae (déesse de la Terre) en la 2ème année du règne de son père. Altruiste, elle prend sincèrement très à cœur le bonheur de son peuple et assume son rôle de princesse avec beaucoup de rigueur et de discipline. Littéralement créée par son père qui l’a élevée seul, elle peut paraître assez dure et inflexible, et place la raison d’Etat comme valeur universelle, mais c’est une façade pour cacher sa relative timidité et sa douceur.

Généreuse et affectueuse avec son entourage, elle n’en est pas moins plus hautaine envers les petites gens et ne s’embarrasse d’aucune considération dans le traitement de ses esclaves – qui ne sont que des esclaves après tout. Visiblement traumatisée par la mort de sa mère, elle a su trouver en Kiyah, l’épouse secondaire de son père, une véritable mère et n’a donc pas du tout souffert d’un manque d’amour quelconque durant son enfance. En l’absence de reine légitime depuis le décès de sa mère, elle assume toutes les fonctions de ce rang, comme le rôle de Grande Prêtresse de l’Eau, un rôle honorifique.

Faramen
Spoiler:
Issu d’une famille de la haute aristocratie de Khanesha, Faramen est un orphelin élevé par les Gardiens du Savoir, une congrégation de sages s’occupant des savoirs datant de l’époque de l’empire de Saĭdayănashkă ; il y a été placé par son oncle et sa tante, ses tuteurs légaux, qui ne souhaitaient pas réellement s’embarrasser de lui lorsqu’il était enfant et comptaient sur les Gardiens du Savoir pour lui transmettre une très bonne culture. Lettré et cultivé, il trouve souvent les réponses à ses questions dans les livres et assume le rôle d’instituteur pour les enfants de bonnes familles, un métier qui le passionne.

Malgré tout, Faramen a toujours rêvé d’une vie différente, pleine d’aventures, et aurait aimé apprendre à utiliser les armes, mais son rang de pupille chez les Gardiens du Savoir lui interdit tout contact avec les arts martiaux. Généreux, sensible et maladroit, il est récemment entré en pleine possession de son héritage à sa majorité, mais n’a pas quitté ses professeurs pour autant, ne sachant pas vraiment quoi faire de sa vie désormais.


Dernière édition par Lounabis le Ven 2 Déc 2011 - 6:48, édité 3 fois

Lounabis
Modérateur
Modérateur

Féminin Messages : 2130
Age : 24

http://lounabis.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum